Copié!

Le Nouvel An lunaire

     Aujourd’hui, le Nouvel An chinois est plus communément appelé Nouvel An lunaire, car il regroupe des pays autres que la Chine. De plus, lorsque la Chine a adopté officiellement le calendrier grégorien en 1912, la fête a été rebaptisée une autre fois comme Fête du Printemps. 

     Chaque année, le calendrier lunaire change selon un ordre se basant sur un ancien folklore chinois. Le calendrier est nommé selon un animal, soit le rat, le bœuf, le tigre, le lapin, le dragon, le serpent, le cheval, la chèvre, le singe, le coq, le chien ou le cochon. Ces animaux ont été choisis selon une vieille histoire chinoise. Dans cette histoire, l’Empereur de jade annonça aux animaux une course avec une récompense à la fin pour les douze premiers arrivés. Bien sûr, plusieurs étaient très curieux de la récompense. Ainsi, le jour venu, un de chaque animal du monde se présenta. Pour la course, chacun devait traverser une rivière et rejoindre l’empereur de l’autre côté. Pour faire bref, le rat et le chat partirent en premier, mais comprirent qu’ils ne pouvaient traverser seuls et donc demandèrent au bœuf de les amener. Ce dernier accepta et les conduisit à l’autre rive. Arrivés, le rat poussa le chat dans l’eau et arriva premier, le bœuf suivit. Le tigre traversa lui aussi en nageant et arriva troisième. Le lapin arriva quatrième, ayant sauté de roches à bouts de bois tout le long de la rivière. Le dragon arriva seulement cinquième, car il avait soufflé sur le lapin afin de l’aider à traverser. Le serpent et le cheval arrivèrent ensemble par la suite. Un radeau arriva alors avec à bord la chèvre, le singe et le coq. Le chien arriva onzième, car il n’avait pu s’empêcher de jouer dans l’eau. En dernier, le cochon arriva, il avait fait une sieste, faute d’avoir trop mangé. 

     Les origines de la fête reposent également sur le monstre Nian. Selon les croyances, Nian attaquait les villageois la veille du Nouvel An. Par contre, ce monstre était effrayé par la couleur rouge et le bruit, il était donc coutume de décorer de cette couleur et de faire claquer des pétards, pour ne pas se faire manger. 

      Aujourd’hui, la fête est célébrée en Chine, à Hong Kong, en Corée du Sud (sous le nom de Sella), au Tibet, au Vietnam (sous le nom de Têt), à Singapour, en Indonésie et en Malaisie. Ainsi en Corée et au Vietnam, la fête est célébrée un peu différemment. 

     Cette année, au 10 février, nous entrerons dans l’année du dragon. Ceux nés lors de l’année du dragon sont perçus avec ses traits de personnalité soient le courage, la confiance en soi et la vitalité. Le Nouvel An se calcule selon le calendrier lunaire chinois et donc la date se retrouve généralement entre le 21 janvier et le 20 février. La lune choisie est la nouvelle lune la plus proche du début du printemps. 

     En Chine, à la veille du Nouvel An, les aînés donnent des enveloppes rouges appelées hóngbāo. Celles-ci sont offertes, car il est cru que les pièces de monnaie conjurent les mauvais esprits. Il y a également plusieurs activités comme les danses de lion ou de dragon, et les feux d’artifice qui sont très populaires. Lors du Festival, les gens se rendent au temple afin d’attirer la chance. Mais avant tout, le Nouvel An lunaire est une fête qui cherche à réunir la famille. La cuisine et la couleur rouge portent également des significations importantes. Un des plats symboliques de renommés sont les jiaozis, des raviolis ayant la forme de lingots d’or. Plusieurs mangent également du poisson pour l’abondance ou des nouilles pour la longévité. Finalement, la couleur rouge symbolise la fuite de Nian donc la protection ainsi que, bien sûr, la chance qui est au centre de cette fête. 

On vous propose...

Le Nouvel An lunaire

     Aujourd’hui, le Nouvel An chinois est plus communément appelé Nouvel An lunaire, car il regroupe des pays autres que la Chine. De plus, lorsque la Chine a adopté officiellement le calendrier grégorien en 1912, la fête a été rebaptisée une autre fois comme Fête du Printemps. 

     Chaque année, le calendrier lunaire change selon un ordre se basant sur un ancien folklore chinois. Le calendrier est nommé selon un animal, soit le rat, le bœuf, le tigre, le lapin, le dragon, le serpent, le cheval, la chèvre, le singe, le coq, le chien ou le cochon. Ces animaux ont été choisis selon une vieille histoire chinoise. Dans cette histoire, l’Empereur de jade annonça aux animaux une course avec une récompense à la fin pour les douze premiers arrivés. Bien sûr, plusieurs étaient très curieux de la récompense. Ainsi, le jour venu, un de chaque animal du monde se présenta. Pour la course, chacun devait traverser une rivière et rejoindre l’empereur de l’autre côté. Pour faire bref, le rat et le chat partirent en premier, mais comprirent qu’ils ne pouvaient traverser seuls et donc demandèrent au bœuf de les amener. Ce dernier accepta et les conduisit à l’autre rive. Arrivés, le rat poussa le chat dans l’eau et arriva premier, le bœuf suivit. Le tigre traversa lui aussi en nageant et arriva troisième. Le lapin arriva quatrième, ayant sauté de roches à bouts de bois tout le long de la rivière. Le dragon arriva seulement cinquième, car il avait soufflé sur le lapin afin de l’aider à traverser. Le serpent et le cheval arrivèrent ensemble par la suite. Un radeau arriva alors avec à bord la chèvre, le singe et le coq. Le chien arriva onzième, car il n’avait pu s’empêcher de jouer dans l’eau. En dernier, le cochon arriva, il avait fait une sieste, faute d’avoir trop mangé. 

     Les origines de la fête reposent également sur le monstre Nian. Selon les croyances, Nian attaquait les villageois la veille du Nouvel An. Par contre, ce monstre était effrayé par la couleur rouge et le bruit, il était donc coutume de décorer de cette couleur et de faire claquer des pétards, pour ne pas se faire manger. 

      Aujourd’hui, la fête est célébrée en Chine, à Hong Kong, en Corée du Sud (sous le nom de Sella), au Tibet, au Vietnam (sous le nom de Têt), à Singapour, en Indonésie et en Malaisie. Ainsi en Corée et au Vietnam, la fête est célébrée un peu différemment. 

     Cette année, au 10 février, nous entrerons dans l’année du dragon. Ceux nés lors de l’année du dragon sont perçus avec ses traits de personnalité soient le courage, la confiance en soi et la vitalité. Le Nouvel An se calcule selon le calendrier lunaire chinois et donc la date se retrouve généralement entre le 21 janvier et le 20 février. La lune choisie est la nouvelle lune la plus proche du début du printemps. 

     En Chine, à la veille du Nouvel An, les aînés donnent des enveloppes rouges appelées hóngbāo. Celles-ci sont offertes, car il est cru que les pièces de monnaie conjurent les mauvais esprits. Il y a également plusieurs activités comme les danses de lion ou de dragon, et les feux d’artifice qui sont très populaires. Lors du Festival, les gens se rendent au temple afin d’attirer la chance. Mais avant tout, le Nouvel An lunaire est une fête qui cherche à réunir la famille. La cuisine et la couleur rouge portent également des significations importantes. Un des plats symboliques de renommés sont les jiaozis, des raviolis ayant la forme de lingots d’or. Plusieurs mangent également du poisson pour l’abondance ou des nouilles pour la longévité. Finalement, la couleur rouge symbolise la fuite de Nian donc la protection ainsi que, bien sûr, la chance qui est au centre de cette fête.