Copié!

Les conséquences du Black Friday

«Black Friday» ou «Cyber Monday», ces évènements promotionnels devenus incontournables avant Noël sont sources de pollutions multiples. Il suffit de songer à l’augmentation des livraisons de colis, l’amoncellement d’emballages et la surconsommation qui exige une surproduction néfaste de biens. Cette année, bien qu’elle s’étale parfois tout le long du mois, la journée aura lieu le 24 novembre. Partout dans le monde, ce moment participe à l’essor du commerce en ligne. En effet, les ventes sur Internet ont grimpé jusqu’à 15% en 2021 par rapport à l’année d’avant. Cette tendance a été notamment renforcée entre 2020 et 2021 à cause du contexte sanitaire qui a contraint les consommateurs à moins se rendre en magasin. Face à ce gaspillage, il est possible de s’interroger sur l’impact écologique du «Black Friday».

De nombreux emballages, trop grands pour les produits qu’ils contiennent, circulent sans être complètement pleins. Aux États-Unis par exemple, l’agence de protection de l’environnement estime que les emballages issus de l’achat en ligne constituent près d’un tiers des déchets solides produits par les familles américaines annuellement. Les cartons, plastiques et rubans adhésifs allant avec ces emballages sont jetés après ouverture des colis. L’industrie de la mode, située dans le top trois des secteurs de vente durant le «Black Friday», émet 1,2 milliard de tonnes de gaz à effet de serre chaque année.

Par ailleurs, les promotions toujours plus alléchantes poussent à la consommation d’articles qui ne sont pas forcément utiles. Lors du «Black Friday», il y a encore plus de gaspillage qu’à l’habitude. En utilisant l’argument des bas prix et la pression de la promotion à très courte durée, les entreprises nous poussent à acheter rapidement et en grande quantité. On achète ainsi des choses qui n’étaient pas prévues en oubliant l’étape de réflexion sur la nécessité de se les procurer, ce qui donne souvent lieu à des achats décevants qui finissent dans un placard ou renvoyés à l’expéditeur. En termes de gaspillage des objets et des ressources, c’est énorme.

Il y a non seulement un coût environnemental, mais c’est sans compter qu’il y a aussi un coût social. On nomme «Black Season» la période du «Cyber Monday» en Chine, expression inspirée du rythme effréné imposé à ceux qui travaillent dans les entreprises qui fabriquent ces objets. En réponse à ces problèmes, des opérations ont commencé à voir le jour ces dernières années, comme le «Giving Tuesday», concept qui consiste à consacrer une journée à la générosité et à la solidarité en incitant les consommateurs à donner plutôt qu’à acheter lors du «Black Friday».

On vous propose...

À la une
Sarah-Maude Boucher

Des origines envoûtantes

Depuis des siècles, la fête de l’amour est célébrée. Mais, d’où provient-elle réellement? La Saint-Valentin tire ses origines de la fête romaine des Lupercalia, célébrée

Lire la suite »
À la une
Daphnée Tousignant

Le Jour de la Marmotte

Qu’est-ce que le Jour de la Marmotte?  Le Jour de la Marmotte consiste en une célébration ayant lieu le 2 février de chaque année au

Lire la suite »
Arts et cultures
Evelyne Isandjola

Le mois de l’histoire des Noirs

Le mois de l’histoire des Noirs est un événement important pour les communautés noires canadiennes. Ce mois permet aux communautés de célébrer leur différence, leur

Lire la suite »

Les conséquences du Black Friday

«Black Friday» ou «Cyber Monday», ces évènements promotionnels devenus incontournables avant Noël sont sources de pollutions multiples. Il suffit de songer à l’augmentation des livraisons de colis, l’amoncellement d’emballages et la surconsommation qui exige une surproduction néfaste de biens. Cette année, bien qu’elle s’étale parfois tout le long du mois, la journée aura lieu le 24 novembre. Partout dans le monde, ce moment participe à l’essor du commerce en ligne. En effet, les ventes sur Internet ont grimpé jusqu’à 15% en 2021 par rapport à l’année d’avant. Cette tendance a été notamment renforcée entre 2020 et 2021 à cause du contexte sanitaire qui a contraint les consommateurs à moins se rendre en magasin. Face à ce gaspillage, il est possible de s’interroger sur l’impact écologique du «Black Friday».

De nombreux emballages, trop grands pour les produits qu’ils contiennent, circulent sans être complètement pleins. Aux États-Unis par exemple, l’agence de protection de l’environnement estime que les emballages issus de l’achat en ligne constituent près d’un tiers des déchets solides produits par les familles américaines annuellement. Les cartons, plastiques et rubans adhésifs allant avec ces emballages sont jetés après ouverture des colis. L’industrie de la mode, située dans le top trois des secteurs de vente durant le «Black Friday», émet 1,2 milliard de tonnes de gaz à effet de serre chaque année.

Par ailleurs, les promotions toujours plus alléchantes poussent à la consommation d’articles qui ne sont pas forcément utiles. Lors du «Black Friday», il y a encore plus de gaspillage qu’à l’habitude. En utilisant l’argument des bas prix et la pression de la promotion à très courte durée, les entreprises nous poussent à acheter rapidement et en grande quantité. On achète ainsi des choses qui n’étaient pas prévues en oubliant l’étape de réflexion sur la nécessité de se les procurer, ce qui donne souvent lieu à des achats décevants qui finissent dans un placard ou renvoyés à l’expéditeur. En termes de gaspillage des objets et des ressources, c’est énorme.

Il y a non seulement un coût environnemental, mais c’est sans compter qu’il y a aussi un coût social. On nomme «Black Season» la période du «Cyber Monday» en Chine, expression inspirée du rythme effréné imposé à ceux qui travaillent dans les entreprises qui fabriquent ces objets. En réponse à ces problèmes, des opérations ont commencé à voir le jour ces dernières années, comme le «Giving Tuesday», concept qui consiste à consacrer une journée à la générosité et à la solidarité en incitant les consommateurs à donner plutôt qu’à acheter lors du «Black Friday».